Mots-clefs

, ,

Attention lecteur, cette note est bourrée de stéréotypes et de mauvaise foi.

Ce weekend L’homme (avec un grand ‘L » et un petit « h ») est allé acheter une armoire. Cette armoire n’a vraiment pas été une mince affaire. Elle a été l’objet de nombreuses disputes avant même d’être là. Je pourrais pas trop dire comment on en est arrivé là. Je sais qu’au départ je voulais une armoire. J’en voulais une même avant le départ à vrai dire, mais la présence de L’homme facilite toujours les choses dans le domaine (comprenez qu’il porte les cartons du meuble et monte les planches selon le manuel). Bref, on a fait des magasins de meubles. Beaucoup de magasins.Beaucoup beaucoup de magasins. Et puis j’ai dû finir par dire à L’homme que s’il voulait absolument une armoire il n’avait qu’à se la payer et se démerder tout seul mais qu’il arrête de me faire chier avec ça! … Oui quelque part au milieu des magasins la logique de cette démarche s’est égarée. Mais comme L’homme est très malin (comprenez là qu’il sait qu’il ne faut pas me contrarier) il est parti la chercher comme un grand (pendant que je devais quand même faire un peu de place à l’appart , ma vie est dure!).

Bref, 24h plus tard (le montage fût fastidieux) il me laisse généreusement les 2/3 de son armoire pour mettre mes jolis habits. Je m’inquiète  « aurais-je assez de place? », ce à quoi L’homme rétorque sournoisement « t’as vraiment trop d’affaires! ». Alors là je m’insurge! Attention, je ne suis pas de celles qui s’énervent pour un rien (enfin ça c’est mon point de vue, L’homme te dirait peut-être le contraire s’il osait). J’ai bien compris qu’il m’avait gentillement céder la majeure partie de cette foutue armoire qu’il venait de mettre la journée à monter (les manuels te mentent quand ils mettent 2h de montage) et que peut-être cette phrase aurait pu signifier son extrême lassitude. Peut-être que j’aurais passé l’éponge même si je n’aime pas faire le ménage. Mais cette phrase je l’ai déjà entendue plusieurs fois il n’y a pas si longtemps (oui, se plaindre du nombre d’affaires de l’autre est aussi pratique courante lorsqu’on déménage). Cette phrase il a été sommé de ne plus la dire sous peine de se voir envoyer toutes les dites affaires sur le coin de la gueule. Mais vu que la violence ne marche pas, tentons une argumentation censée (oui, d’habitude on fait le contraire mais pas moi).

« Trop d’affaires »? Hum…M’est d’avis qu’on n’a jamais trop d’affaires. D’ailleurs mon credo est « On n’a jamais assez de chaussures ni de sacs à mains » (ça m’a aidé dans les moments les plus durs de ma vie) .Déjà, pour commencer, prends ça dans ta face! En tant que femme d’occident du 21ème siècle, je m’inscris en plein dans une société de consommation. Ne pas consommer ne serait-il pas alors anti-citoyen? De quelle droit remettrais-je en cause ma société patrie qui m’a toujours soutenue?En consommant toujours plus excessivement et plus inutilement, ne suis-je pas un parfait humain d’aujourd’hui? Je relance l’économie de la France moi Monsieur! Et même le commerce international comme j’achète mes vernis en Allemagne. Ma dévotion pour la société est sans limite (mise à part celle de mon découvert autorisé).

Et puis d’ailleurs de quel droit me juges- tu, toi L’homme? Toi avec tes 15 T shirt blancs qui se ressemblent! Pff, si ça c’est pas de l’exagération. Chez moi tout est utile. Je n’ai qu’un seul T shirt blanc. J’ai aussi un débardeur blanc et puis un deuxième car le premier a des tâches de déo qui ne partent pas au lavage (mais que je garde parce qu’on peut toujours le mettre en sous couche, non mais oh, je vais pas le jeter, c’est quoi cette société où on jette tout dès que c’est une peu amoché?!). Oui, il y a aussi celui avec les fines lanières, mais tu sera d’accord que c’est pas la même coupe, ça n’a donc rien à voir. Et puis celui en lycra, mais le lycra, j’ai pas réussi à fixer mon avis dessus (c’est à la fois très chouette et nase parce qu’on voit tout tes bourrelets).
Bref, tous mes objets sont utiles et plus que nécessaires. La preuve, s’il m’arrive d’en jeter un dans un moment d’égarement, le lendemain il me manque.
Je proteste aussi contre l’argument fallacieux suivant « Tu as trop d’habits, la preuve tu ne sais jamais comment t’habiller et tu mets trois plombes à te décider ». Faux! Si j’ai justement tant de mal à me vêtir, c’est bien parce que je n’ai pas assez de vetements!

Voilà voilà, je crois que mes arguments plus que convaincants vont avoir raison de l’Homme la prochaine fois qu’il osera dire que j’ai trop d’affaires!
Et puis ce que L’homme ne sait pas c’est que j’ai au moins autant d’affaires, si pas plus, qui attendent dans le garage de mon père. Et que comme mon père est aussi un homme, il aimerait bien que je l’en débarrasse.
Et ce que L’homme ne sait pas non plus, c’est que c’est bientôt les soldes et que j’ai bien l’intention de m’en donner à cœur joie!

(Les images viennent d’une jolie carte réalisée par Emiko. Elle me l’a offerte pour mon emménagement avec L’homme, tout à fait dans le ton 😉 )

Publicités