Mots-clefs

, ,

Le complexe du castor est un film que j’avais envie de voir depuis un moment. Pourtant le fait qu’il ait été sélectionné pour le festival de Cannes aurait dû m’en dissuader (oui, j’ai des très mauvaises expériences avec les films primés à Cannes. Avez-vous déjà vu un film coréen en vost à 2h du mat’ sur un amour en un pauvre et une prostitué? Faites donc ça et en reparlera). Bref, l’occasion s’est présentée et c’est maintenant chose faite.

Synopsis
Walter Black, victime d’une dépression, a négligé sa famille et laissé son entreprise à la dérive. Sa vie bascule lorsqu’il trouve une marionnette de castor. Utilisant celle-ci pour s’exprimer, Walter retrouve sa joie de vivre. Surpris par son attitude, sa famille et ses employés se prennet au jeu, ravis des effets bénéfiques de la peluche. Cependant Walter semble incapable de se passer du castor dont l’emprise croissante sucite l’inquiétude de sa femme.

Verdict
Je ne sais toujours pas trop quoi en penser quelques jours après. Le film terminé j’hésitais entre l’envie de me jeter du balcon ou de gambader dans les champs (du fait que comparativement ma vie est beaucoup plus chouette). En définitif je n’ai rien fait. J’ai demandé son verdict à L’homme qui a dit que c’était mon genre de film. Ça me laisse perplexe aussi.
J’avais eu envie de le voir car j’aimais bien l’idée. Assez bizarrement, j’aime bien les films qui parle de dépression mais aussi et surtout de la capacité à s’en sortir. Mais la bande annonce et le synopsis (tiré de l’arrière du DVD) sont vraiment loin en dessous de l’intensité dramatique du film. On n’est pas dans la dépression de l’homme de 40-50ans qui se demande où sont passées ses jeunes années (et qui se traduit par le fait de quitter sa femme pour une autre qui a la moitié de son âge et s’acheter une voiture rouge vif). On est dans la mélancolie, dépression la plus grave et la plus irréversible au sens psychiatrique. C’est la maladie mentale qui vient basculer l’équilibre de toute la famille.
Bref, en fait le film est beaucoup plus grave que je ne m’y attendais. Visiblement demander à un homme de faire parler une marionnette ne suffit pas à être drôle.
Un film à voir donc quand on a le moral au top parce que sinon on se jette par la fenêtre!

Publicités